Les relations publiques et le mécénat : C’est quoi ?

En tant que chef d’entreprise, vous disposez de plusieurs leviers d’actions pour communiquer. En général, les entreprises utilisent un ensemble de techniques de marketing direct pour le faire a minima. Les relations publiques peuvent se définir comme le regroupement de l’ensemble des actions de communications dites « non publicitaires ». Le but ici (l’objectif affirmé) est de développer des relations sympathiques, voire de proximité, avec le public et de valoriser l’image de l’entreprise et de ses produits. Vous l’avez probablement compris, les relations publiques visent à travailler la marque, le branding.

Quelles formes revêtent les relations publiques ?

Si l’on évoque la presse, on peut dire que les relations publiques sont ici spécifiques et visent à entretenir de bonnes relations avec les journalistes. Le mieux dans ce cas est de les tenir informés des nouvelles de l’entreprise, du groupe, des innovations réalisées ou sur le point de sortir. Pour optimiser ce temps de travail dit de relations publiques, il est conseillé de faire des rencontres lors de conférences de presse, de petits déjeuners, cocktails, voyages, colloques, etc.

Pour réussir vos relations presses, pensez à créer de toute pièce un dossier de presse et soignez votre site Internet.

Vous êtes une TPE ? Pensez à contacter la presse même si c’est pour une petite nouvelle à vos yeux comme l’ouverture d’un magasin bien sûr mais aussi le lancement d’une nouvelle collection, l’embauche, un atelier découverte ou une conférence pour toucher un public élargi, etc. La presse écrite  locale est en général friande d’informations de ce type et il est par ailleurs, au-delà de l’article en lui-même et des conséquences souvent positives de telles publications, intéressant de demander un lien vers votre site Internet.

Le mécénat, définition et principes

Le mécénat d’entreprise fait partie des actions de communications non publicitaires dites de relations publiques. C’est une technique qui promeut les domaines culturels et humanitaires et son origine est tirée du nom de Mécène, un riche Romain devenu célèbre pour sa générosité envers les poètes et artistes de son époque.

Technique de communication, le mécénat permet à une entreprise de bien associer son image à une activité dite d’intérêt général via une contribution financière, humaine ou matérielle. C’est un don qui permet de générer des effets en termes d’image à moyen et long terme.

Généralement, le mécénat a trois champs d’actions spécifiques, trois domaines d’exercice en quelque sorte :

  1. Le domaine actuel et artistique qui regroupe la musique, les arts plastiques, la danse, le théâtre, l’édition, l’audiovisuel ou encore la photographie ;
  2. Le domaine humanitaire, médical et scientifique qui peut conduire à financer des projets pour le cancer ou des maladies plus orphelines, le don du sang ou le financement d’éoliennes dans les pays en voie de développement par exemple ;
  3. Le domaine culturel et humanitaire au sens large avec les fondations.

Le mécénat sur le plan fiscal

Comme il s’agit d’un don, l’administration fiscal offre de fortes défiscalisations aux donateurs. Rappelons qu’il existe la loi du 1er août 2003 relative au mécénat culturel permettant ainsi à des entreprises de défiscaliser sur les arts. Relève du mécénat les dons portant sur :

  • l’État et ses établissements publics ;
  • Une fondation ou association reconnue d’utilité publique ou d’intérêt général (à but non lucratif, ne profitant pas à un cercle restreint de personnes) ;
  • Les fonds de dotation ;
  • Un organisme agréé sans but lucratif dont l’objet exclusif est de verser des aides financières aux PME (investissement, accompagnement, aide à la création ou la reprise d’entreprise, financement du besoin en fonds de roulement, prêt d’honneur sans garantie et sans intérêts notamment) ;
  • Un organisme du spectacle vivant pour des activités de diffusion d’œuvres dramatiques, lyriques, musicales, chorégraphiques, cinématographiques et de cirque, ni pornographiques ni violentes ;
  • Un organisme de sauvegarde de biens culturels contre les effets d’un conflit armé ;
  • Une société ayant pour activité principale l’organisation d’expositions d’art contemporain ;
    établissement d’enseignement supérieur public ou privé agréé.

Concernant la réduction fiscale, elle va varier en fonction de la nature du don de 40% à 90%. Par exemple, le versement en faveur de l’achat public de biens culturels présentant le caractère de trésors nationaux ou un intérêt majeur pour le patrimoine national (On pense à Notre Dame…) permet de déduire 90% du don. Un don pour une œuvre d’intérêt général, c’est 60% et les achats de biens culturels, 40% du montant d’acquisition.

Source : Services publics

[Total : 1    Moyenne : 5/5]