Comment lancer une start-up ? Mieux comprendre la startup

Si vous avez envie de vous lancer dans l’entrepreneuriat, vous êtes forcément confronté à l’idée de monter une start-up. On définit généralement la start-up à partir de l’idée, de préférence innovante. En réalité, il faut surtout entendre dans l’expression et la désignation un potentiel de croissance rapide. A l’opposée des conceptions traditionnelles et méthodologies de la création d’une entreprise, les personnes pensant détenir un projet de startup ne font pas grand cas de l’organisationnel et se consacrent avant tout sur des questions liées à l’idée maîtresse du projet et aux levées de fonds. Zoom sur la question dans ce sujet.

Qu’est-ce qu’une startup ?

Si l’on apprécie particulièrement les anglicismes en France, il existe bien plusieurs manières de définir une start-up. On peut ainsi plus adroitement parler d' »entreprise en démarrage », de nouvelle entreprise innovante, voire de « jeune pousse ».

Cette typologie d’entreprise, récente donc, cherche à innover et à lever des fonds pour faire face à ses besoins de croissance rapide. Cette approche permet d’envisager également une belle spéculation financière dans le cadre de la cession de l’activité par la suite. L’émergence des techniques de captations de données sur Internet a fortement influencé cette dernière approche : Fort d’un grand nombre de données sur les consommateurs, la valorisation de l’entreprise émergente est plus importante en théorie. Cette projection et cette perspective pour les fondateurs font de la start-up une entreprise spéculative par essence, sur la base d’un produit ou d’un service bien défini mais sans l’organisation sociétale parfaitement achevée.

En général, une startup n’a pas la mesure complète du marché sur lequel elle opère et bien que sa logique est de déstabiliser celui-ci, le re-créer parfois même, l’entreprise porteuse du projet est bien un outsider au regard des entreprises déjà établies.

La croissance peut-elle limiter la rentabilité ?

C’est une vraie question pour certains projets. En réalité, les besoins d’investissements (pas seulement en recherche et développement) créent plutôt des besoins de trésorerie importants, d’où la recherche de levées de fonds. Si la croissance n’est pas suffisante, en revanche, la question de la rentabilité entre vite en jeu. Ici, de manière traditionnelle, il faut pour les dirigeants étudier les coûts de l’entreprise pour vérifier, au moyen du coût de revient ou des coûts standards, que la valorisation reste possible (tant en termes de rémunération que de possible cession de l’activité).

Ici, c’est en recherchant un maximum de croissance que l’on peut ensuite travailler la rentabilité.

Cela dit, la croissance n’est pas synonyme de rentabilité car il est fort probable qu’en vendant plus, vous soyez obligé(e) d’avoir recours à des coûts intermédiaires supplémentaires. C’est la raison pour laquelle, les startups, à la manière des entreprises en création traditionnelles sont rarement rentables la première année d’activité.

Définir le projet et bien s’entourer

Si vous avez un compte Linkedin, que vous êtes CEO de votre entreprise, vous verrez de nombreuses personnes venir à vous pour vous proposer des services de pilotage, d’accompagnement ou encore de coaching. Fuyez. S’entourer, c’est d’abord choisir les partenaires en travaillant votre réseau, en procédant si possible aussi à de la cooptation. Et il n’est possible d’envisager un accroissement de la cellule décisionnelle qu’à partir du moment où le projet est parfaitement défini, avec un planning, des perspectives réelles de croissance et des produits/services parfaitement réfléchis en fonction des besoins perçus. En la matière, si vous vous orientez sur un grand marché en BtoC ou un marché de niche pour les BtoB, vous n’aurez absolument pas les mêmes profils d’entrepreneurs et d’associés.

Pour être efficace, vous avez besoin de personnes motivées sur le projet et qui maîtrisent des aspects que vous-même ne pouvez gérer. Les personnes doivent être ambitieuses, rigoureuses et tout à fait complémentaires. De toute manière, on ne s’associe avec quelqu’un que parce qu’il peut réellement vous apporter quelque chose.

L’offre économique, le service et le produit doivent être particulièrement innovants. Il ne s’agit pas nécessairement de réinventer la roue mais de proposer quelque chose de différent et singulier permettant une identification rapide et facile à marketer. Le marketing, c’est cette couche simple et bien taillée de stratégie qui découle du bon sens pour promouvoir un service ou un produit ; Il ne devrait en aucun cas être nécessaire de forcer les ventes pour réussir. Pensez à travailler durablement, dès le début de votre projet, la question de l’inbound marketing.

Quelques solutions pour débuter

Il y a autant de méthodes pour créer son entreprise qu’il y a d’entrepreneurs. Simplement, pensez à vous organiser et notamment à :

  • Bien concevoir votre projet économique, tant sur le business plan que dans les investissements à prévoir en cours de route ;
  • Tester votre marché, par exemple en vous essayant aux dispositifs associatifs et régionaux mis en places comme les incubateurs ou les couveuses d’entreprises ;
  • Travailler votre discours produit/ Service/Marque ; Ce sera utile tant pour les clients et fournisseurs que pour les investisseurs potentiels et autres organismes de financement ;
  • Choisir un statut d’entreprise adapté à l’évolution de croissance (Vous investissez ? Vous n’allez tout de même pas démarrer en micro-entreprise !)
  • Communiquez sur le concept en rejoignant des événements liés aux startups qui se trouvent un peu partout en France, en Europe, aux Etats-Unis pourquoi pas.

X.D