L’écriture comptable d’un emprunt : Explication du compte 164

Un emprunt sert à la couverture de besoins de financements jugés durables en comptabilité. Cela couvre pour l’essentiel des investissements mais cela peut faire également l’objet du financement de trésorerie (disponibilités au bilan) comme dans le cas des financement BCE qui furent accordés par les banques durant le confinement (COVID-19). Les besoins de financements peuvent également être financés par des subventions parfois ou tout simplement par un crédit-bail (location d’un bien contre versement d’une redevance avec option d’acquisition à la fin du bail), voire même l’augmentation de capital ou l’apport en compte courant. Dans ce sujet, concentrons-nous sur la comptabilisation d’un emprunt bancaire.

Principes généraux du compte 164 du PCG

Le compte 164 concerne les emprunts d’une entreprise ou d’une organisation. Comptablement, il faut enregistrer la réalisation de l’emprunt mais aussi, évidemment, ses remboursements. En pratique, la réalisation de l’emprunt constitue une dette financière qui est inscrite au passif du bilan pour la somme empruntée. Le montant de l’emprunt est enregistré au crédit du compte 1164 par le débit du compte « 512 Banques ».

Voici l’écriture comptable d’un emprunt (compte 164 « Emprunts auprès des établissements de crédit ») contracté auprès d’une banque (512) :

512BanqueMontant
164Emprunt auprès d'un établissement de créditMontant

Cela étant fait, la banque ou l’organisme prêteur remet à l’entreprise un tableau d’amortissement que l’on peut reprendre pour la comptabilité ensuite. Il ressemble à ceci :

tableau amortissement emprunt

Exemple simplifié de tableau d’amortissement d’emprunt

Comptabilisation des remboursements d’emprunts

Un versement effectué au titre du remboursement d’emprunt comprend deux grandes parties :

  • L’amortissement de l’emprunt qui est la partie de la dette remboursée lors de l’échéance ;
  • Les intérêts qui représentent la rémunération du prêteur pour service financier rendu.

De cette manière, une annuité de remboursement est égale à l’amortissement mais aussi aux intérêts.

En pratique, il existe trois modes de remboursements des emprunts qui sont :

  1. Le remboursement par amortissements constants  ;
  2. Le remboursement par annuités constantes avec les amortissement croissants et intérêts décroissants (qui est le cas le plus fréquent des annuités décroissantes et intérêts décroissants) ;
  3. Le remboursement in fine qui se traduit par des intérêts constants et un remboursement de l’emprunt en une seule fois à la fin de la période.

Dans les deux premiers cas, à chaque échéance, le montant de l’amortissement est enregistré au débit du compte 164 et le montant des intérêts constitue une charge financière comptabilisée au débit (6611 « Intérêts des Emprunts et dettes »), une charge de la classe 6 du PCG donc. Le montant de l’annuité est porté au crédit du compte 512 comme ci-après :

164Emprunt auprès d'un établissement de créditMontant
6611intérêts des emprunts et dettesMontant
512BanquesMontant

Pour le mode « in fine », seuls les intérêts sont comptabilisés à chaque échéance.

X.D.

Laissez un commentaire