Un projet de création d’entreprise contient-il des mythes et légendes ?

Il est toujours convenu que la création d’entreprise doit être « SIMPLE ». Et la loi pacte va encore simplifier la chose. Mais cela fait au moins 20 ans qu’il est très facile de créer. Cela s’appelle le Centre de Formalités des Entreprises qui est un guichet unique. Bon il en existe plusieurs soit. Mais ce n’est pas le fait de fusionner les sept guichets,  qui va rendre la création d’entreprise encore plus simple.

Cela rappelle un peu le sketch de Coluche, « la lessive qui lave plus blanc que blanc, c’est transparent ? ». Plus simple que la précédente loi qui a fait simple, c’est quoi ? Simpliste ?

La légende de la création d’entreprise pour le porteur de projet

C’est une légende de penser que la pérennité des entreprises existera quand il n’y aura plus de contraintes administratives. La difficulté dans une entreprise n’est pas dans la création,  mais dans sa pérennisation et ceux qui se lancent ne voient pas toujours cela dans leur projet de création.

Quand un chef d’entreprise passe des caps, un an, trois ans, cinq ans. Il procède en fait à son auto-formation. Il apprend et ce ne sont pas des lois en plus,  qui apporteront du développement commercial au contraire, les changements perpétuels de lois stressent les dirigeants et les poussent souvent à reporter leur décision de recrutement, d’investissement etc.

Le mythe des CHARGES trop importantes souvent relayé par les porteurs de projets

Ceux qui pensent qu’il existe trop de charges, ne regardent pas du bon côté du Compte de Résultat, ils devraient se focaliser sur les recettes. Il est nécessaire de constater qu’il manque souvent beaucoup d’informations aux chefs d’entreprises.

Pour expliciter ce point de vue polémique pour tout porteur de projet, prenons un exemple.

Imaginons que 10 boulangeries ce créent la même année. En suivant les statistiques de l’INSEE on sait que dans les cinq années qui suivront, la moitié va disparaître. Et ceux qui arrêteront diront sans aucun doute qu’il y a trop de charges.

Soit, mais comment font les cinq autres ?

Quand une équipe de foot gagne c’est grâce à son buteur et quand elle perd c’est à cause de son gardien. Autrement dit quand une entreprise arrête c’est à cause des charges et quand elle réussit c’est grâce à son dirigeant.

Ces propos ne comportent aucune critique sur ceux qui arrêtent. Ils ont eu le courage d’essayer. La volonté de se lancer. Ils ont osé là où  des milliers d’autres ne l’ont pas fait.

Mais quand un virus se propage on ne demande pas à celui qui est infecté le nom de ce virus. On demande à un spécialiste en virologie. Demander à un dirigeant pourquoi il a arrêté est absurde, s’il connaissait la cause il l’aurait corrigée depuis longtemps.

Alors regardons ceux qui réussissent en observant leurs pratiques. 

Mythe, « J’ai un cap à tenir et je n’en changerai pas ! »

Chaque entrepreneur le sait l’indicateur principal c’est….Mais au fait c’est lequel ?

Souvent, les dirigeants au démarrage ne regardent pas les bons indicateurs du fait du montage de projet de création d’entreprise. Ou encore ils ne corrèlent pas les indicateurs entre eux.

Un exemple pour illustrer ce propos. Vous conduisez une voiture, à un instant T combien d’indicateurs connaissez-vous ? 1, 2, 3, 5, 10, plus de 10 ?

Essayons de compter :

  • la route est-elle dégagée ?
  • le lieu où j’évolue, ville, campagne, autoroute, radar…
  • la vitesse,
  • la jauge d’essence,
  • le régime moteur au bruit, pour sélectionner la bonne vitesse,
  • les panneaux de signalisation…

Cette liste non exhaustive permet de mieux appréhender qu’un véhicule ne se dirige pas avec seulement une indication. 130km/heure est-ce trop rapide ? Comment le savoir si vous ne connaissez pas le lieu dans lequel vous évoluez ?

Il est là le secret de la réussite de l’entreprise au démarrage. Il ne faut pas se focaliser sur un ou deux indicateurs pour évaluer la bonne santé de l’entreprise. Mais analyser plusieurs indicateurs ensemble.

Un CA de 150.000 euros en six mois c’est bien ? Cela dépend de ce que vous aviez prévu en prévisionnel. En effet si vous avez un prévisionnel annuel de 150.000euros il y a fort à parier que votre trésorerie est mal en point.

La trésorerie, le carburant de l’entreprise

Sans trésorerie, votre entreprise est comme un navire sans carburant, elle dérive. C’est la capacité d’anticipation du chef d’entreprise qui va être capable d’observer plusieurs indicateurs.

Comment expliquer ce terme parfois un peu confus dans la tête des nouveaux dirigeants. C’est l’argent disponible à un moment T dans l’entreprise. Cette définition loin d’être universitaire, se veut pragmatique. Sur mon compte bancaire, j’ai de la TVA que je dois rendre à l’État. Tant que je n’ai pas à décaisser cette TVA, cet argent je peux m’en servir, c’est de la trésorerie.

Certains diront attention c’est dangereux, si vous payez une facture avec et que de l’argent n’est pas rentré dans ce laps de temps, vous ne pourrez plus rendre à L’État la TVA.

Exactement, c’est cela le quotidien du dirigeant, son premier métier c’est celui de jongleur !  Il jongle avec les entrées et les sorties pour équilibrer et toujours avoir de la liquidité sur son compte.

Vous pouvez le constater nous n’avons toujours pas évoqué le Chiffre d’Affaires. Bien entendu c’est un indicateur important. Mais il n’arrive qu’en seconde position. Derrière la trésorerie, en effet si votre CA se développe, mais dans le même temps si votre trésorerie fond au soleil, votre entreprise n’ira pas loin.

chiffre d affaires et tresorerie

Dans cet exemple, le Chiffre d’Affaires se développe, soit, mais il paraît évident que l’entreprise ne suit pas assez ses rentrées d’argent. En année deux si rien n’est fait, il y a fort à parier que l’entrepreneur ira voir la banque, mais lui expliquera qu’elle ne finance pas de la trésorerie, mais des investissements.

Et là nous touchons le point névralgique de l’entreprenariat, le manque de compétences de certaines personnes avant la création. Même si chacun peut créer son entreprise, c’est même l’objectif de ce blog. Par contre un travail en amont est nécessaire.

Mythe : Les chefs d’entreprises sont des machines de guerres !

Pour conduire une automobile, il est nécessaire d’avoir un permis cela paraît évident. Et bien la loi Pacte va supprimer l’obligation de se former avant la création pour les artisans.

C’est un fait établi, la liberté d’entreprendre est au-dessus de tout ! Rien ne doit l’entraver. Sauf que les entreprises qui arrêtent la première année font des dégâts. Elles laissent des dettes auprès de leurs fournisseurs, de leurs salariés, des caisses de retraites… Et les dirigeants seront peut-être inquiétés s’ils ont mal protégé leurs biens personnels.

Le message n’est pas de dire que la liberté d’entreprendre est négative. Non au contraire, mais cela oblige celui qui effectue cette démarche à se prendre en main et à observer ses compétences et surtout ses manques dans les domaines clés de l’entreprise et chercher par tous les moyens de se former avant de démarrer.

Il est très rare qu’une personne ait déjà toutes les compétences nécessaires pour entreprendre. Et ce n’est pas après la création d’entreprise que le dirigeant aura le temps de se former !

Oui il est nécessaire d’anticiper sur les besoins de l’entreprise qui n’existe pas encore.

Légende, Le chemin le plus court est toujours la ligne droite.

Dans les mathématiques toujours, mais dans la navigation ce qui compte ce n’est pas le plus court chemin, mais c’est plutôt d’arriver à bon port et pour cela il convient d’anticiper.

Même si l’anticipation ne veut rien dire en soit. Chaque entrepreneur a le sentiment d’anticiper. Pourtant force est de constater que ce n’est pas toujours le cas pour la totalité. Un exemple pour illustrer ce propos.

Un commandant de bateau se posera un certain nombre de questions avant de prendre la mer :

  • Quel est ma destination (mon objectif) ?
  • Quelle est ma route ?
  • Quel est le meilleur bateau adapté à mon objectif ?
  • Quel est le besoin en carburant ?
  • Quelles sont les prévisions météorologiques ?
  • Quel est l’équipage le mieux adapté à ce type de traversé
  • Etc.

Il sait qu’en pleine mer, il ne pourra plus faire marche arrière, il sera trop loin des côtes pour espérer revenir à bon port si un problème survient. Aussi il doit penser à tout !

Et bien la démarche du porteur de projet est identique. Après création, il ne sera plus temps de se rendre compte que son statut n’est pas adapté, qu’il n’y a pas assez de trésorerie, que le personnel n’est pas adapté, que son partenaire (banque, assurance…) n’est pas réactif…

Mythe, le dirigeant d’entreprise est un superman !

Comme un commandant de bord il est le seul chef à bord, mais face aux éléments parfois déchainés et il ne pourra compter que sur les ressources internes à sa structure. Si vous adoptez cette posture, alors votre entreprise qui n’est encore qu’un projet de création sera encore à flot dans 10 ans.

Légende : le statut juridique détermine la réussite de mon entreprise !

Le bon bateau/statut :

Vous êtes marin :

  • Vous choisissez votre bateau et ensuite vous regardez là où vous devez aller ?
  • Vous regardez là où vous devez aller et en fonction vous choisissez votre bateau ?

La réponse va de soi, l’objectif prime sur le moyen de locomotion. En effet le Kayak pour traverser l’atlantique n’est pas à priori le moyen le plus sûr pour arriver à bon port. Par contre le paquebot pour traverser un canal ne paraît pas non plus être le bon choix.

Tout ceci pour imager le choix du statut, les créateurs d’entreprise choisissent un statut et ensuite essaient de faire tenir dedans tout leur projet. Fondamentalement, il nécessaire de monter son projet et à la fin regarder le meilleur statut qui portera l’ensemble de l’entreprise.

Précisons que le statut ne rapporte aucun revenu, il vous coûte parfois cher, mais au quotidien il ne sert à rien. Voyez le, comme un parachute, c’est indispensable en cas d’accident mais dans mon activité de pilote au quotidien, il ne me sert à rien.

Je ne change pas de statut tous les jours, parce qu’on ne change pas de bateau en plein océan. Il convient d’anticiper le développement. Et avec le nombre d’inconnu important que j’aie au démarrage, je prévois un statut qui puisse s’adapter au futur développement.

Un exemple :     L’entreprise Individuelle, le statut à géométrie variable.

Je commence en Micro pour tester, quelques mois, mais dans les faits je suis en Entreprise Individuelle, qui peut si je me développe se transformer en EIRL (Entrepreneur Individuel à responsabilité limité) qui me permettra si je le souhaite de protéger mes biens et même de passer à L’impôt sur les sociétés si c’est plus intéressant pour moi.

Pourquoi changer quand on développe ? Il existe un amalgame fréquent entre statut juridique et régime fiscal/social.

Mythe, L’entreprise se développe, je change de statut.

Mon entreprise se développe je passe d’une entreprise individuelle à une SAS. Pourquoi passer d’un vélo que je maîtrise bien à une moto de 100 chevaux avec laquelle je vais avoir un accident. Il existe peut-être d’autres moyens intermédiaires qui me permettront de ne pas avoir d’accident.

Et le secret est de ne pas changer de statut juridique, mais de régime fiscal et/ou de régime social.

Revenons sur ces deux termes.

  • Le régime fiscal détermine la manière dont mon entreprise va payer son impôt et les différentes taxes.
  • Le régime social détermine comment et à qui je vais régler mes cotisations sociales, la maladie, la formation, la CSG RDS, la retraite…

Le statut juridique me protégera moi en cas d’arrêt de l’entreprise. Le statut a d’autres raison d’être, comme la responsabilité entre les associés etc. Nous les verrons dans un autre article.

Quand une entreprise se développe il est important qu’elle puisse faire évoluer son régime fiscal et parfois son régime social. Mais dans les faits le statut juridique n’aura que très peu d’impact sur les gains qu’elle réalisera.

La raison qui pousse les porteurs à accorder autant d’importance au statut juridique est historique. Auparavant choisir un statut impliquait un choix fiscal et social. Ce n’est plus vrai aujourd’hui, le législateur a déconnecté ce lien de cause à effet.

Légende, le Chiffre d’Affaires prévisionnel se réalisera

Aujourd’hui il faut choisir le statut qui offre le plus souplesse dans les évolutions possibles. Comment faire le choix approprié aujourd’hui ?

En commençant par la pierre angulaire : la détermination du Chiffre d’Affaires prévisionnel. Le schéma ci-dessous résume pourquoi le CA prévisionnel est si important.

statut juridique creation entreprise

Si vous avez un CA prévisionnel, l’ensemble des spécialistes banques, expert comptables …pourront vous dire quel sera le meilleur régime fiscal et le meilleur régime social. Et par voie de conséquence le moins mauvais statut juridique.

Aussi cela  pose la question de comment estimer un Chiffre d’Affaires prévisionnel.

100.000€ ?         50.000€ ?            380.000€ ?         1.000.000€ ?

C’est fondamentalement la question à laquelle personne hormis le futur dirigeant ne pourra répondre. Mais il faut admettre que l’on ne parle pas d’un CA prévisionnel mais plutôt d’une fourchette de chiffre d’affaires.

Car personne ne sait combien vous allez faire. Par contre un banquier quand il aura vos CA en face de lui pourra (et il fait à chaque fois, il a des logiciels pour cela) consulter d’autres comptes d’entreprises similaire à la vôtre pour voir si le CA est cohérent.

Voici quelques exemples de chiffres d’affaires très simples. Partez du principe que vous quittez le monde de la science mathématique cartésienne pour rentrer dans des mathématiques probabilistes.

Quand le commandant quitte le port, il regarde les prévisions météorologiques pourtant il sait qu’elles peuvent être fausses ou plutôt approximatives. Et alors ? Il dirige un bateau il n’est pas inconscient, en se disant comme cette prévision de fonte de glace n’est pas certaine, je m’en moque et je fonce dedans. Le dernier commandant de bord qui a fait cela en 1912 travaillait à la White Star line, et il a tué 1.500 personnes…

Oui votre prévisionnel n’est pas exact et c’est très bien.

Vous corrigerez vos chiffres au fur et à mesure. Là encore comme le commandant de bord, corrige sa direction en permanence. Son  bateau est dévié par le vent et par le courant marin qui le porte, et alors ? Il regarde ses indicateurs (GPS ou un compas) et corrige modifie sa barre.

Il en est de même pour le dirigeant d’entreprise, il prévoit un CA et ensuite l’ajuste en fonction des aléas de son développement.

La question est alors : comment calculer un CA prévisionnel ?

Le Graal !  Comme expliqué plus haut, nous ne sommes pas en cours de mathématique théoriques mais bien dans une réflexion qui a plus à voir avec la recette de cuisine !  Ajouter 10 grammes de farine ou en enlever 10g ne va pas changer le goût du gâteau !

Il faut essayer de faire simple. Penser à une année complète et inconcevable. Le cerveau n’est pas capable de gérer autant d’inconnues. Aussi je vais réfléchir dans une taille de donnée que je maîtrise.
En achat revente :

  1. Je peux estimer le panier moyen de mes futurs clients en observant la concurrence, voire notre article sur la sérendipité.
  2. Je peux estimer mes ventes sur une journée moyenne.
  3. Je peux savoir combien de jours je vais travailler par semaine.
  4. Je peux savoir combien de semaine je vais travailler par an.

Un exemple pour un commerce de vêtements, mais cela fonctionne pour tous les métiers dans l’achat revente. Le panier moyen de vente,  je le sais par espionnage auprès de mes concurrents, est de 29euros HT. Toujours en espionnant mes concurrents, (pourquoi inventer la poudre ?) j’imagine 20 clients par jour. Je travaille 5 jours par semaine et mon magasin sera ouvert 49 semaines dans l’année.

Ceci vous semble pessimiste ? Renouvelez l’expérience en étant plus optimiste.

Ou mieux encore faite la moyenne de la version basse et de version haute comme cet exemple ci-après. (Chiffres arrondis pour en simplifier la lecture)

Comme vous pouvez le constater, le calcul du chiffre d’affaires n’est pas une science, mais plutôt une  prévision météorologique. Qui se réalisera avec une probabilité de XX%.

Les porteurs de projets de création d’entreprise ont souvent des scrupules à procéder de la sorte par tâtonnement. On préfère une méthode qui paraîtra plus scientifique. Mais dans les faits aucune méthode aussi scientifique soit-elle ne peut vous permettre d’évaluer avec précision votre chiffre d’affaires prévisionnel.

Par contre si vous avez estimé votre CA prévisionnel, vous pouvez maintenant déterminer vos charges qui sont liées à cette activité et donc réaliser le choix du régime fiscal, le choix du régime social et évidemment le statut juridique.

Mythe et légende à la fois : une start-up ne repose pas sur des règles habituelles de gestion !!!

A chaque fois qu’une personne parle de start-up, elle pense que son interlocuteur aura des étoiles dans les yeux. Un financier qui connaît son métier sera pour le moins dubitatif.

Si le taux de survie des entreprises classiques est de 50 %* dans les cinq premières années. Pour les start-up il est de 10%* !   (*données INSEE)

Et c’est justement parce que les entrepreneurs qui créent ces entreprises, pensent à tort que les méthodes de gestions classiques ne s’appliquent pas à eux.

Il ne faut pas confondre, produit ou service révolutionnaire et rentabilité de l’entreprise. Un temps de maturation plus long et une gestion plus souple du personnel, n’autorisent pas les dirigeants de ces entreprises à gommer les règles de bon sens qui régissent les entreprises classiques.

Une entreprise classique doit montrer à son financeur qu’une rentabilité à court terme est possible. Tandis que les dirigeants de start-up, doivent monter que le produit novateur va dans un délai plus long répondre à un nouveau besoin.

Fréquemment le marketing prend le dessus dans la présentation que l’on fait aux financeurs. On survend la demande et/ou on sous-estime la durée de développement. Le CEO pense à tort que sa révolution technologique va se diffuser comme un feu de forêt. Mais essayez d’allumer une allumette par -60° dans la toundra et vous aurez une idée du feu qu’ils essaient d’allumer.

Dans une Start-up certaines règles sont modifiées mais aucune n’est supprimée.

Depuis plusieurs années les jeunes start-upers américains demandent à des dirigeants expérimentés de rentrer dans le conseil d’administrations de leur société, pour leur permettre d’avoir un conseil de personnes aguerries. En France nous devons nous inspirer de cette idée, certaines le font déjà et elles sont mieux conseillées.

Mythe : Un entrepreneur peut réussir seul son projet de création d’entreprise

Cette idée est sans doute la plus tenace, parce que portée par ceux qui ont réussi. Certains dirigeants aiment comme des napoléons de l’entrepreneuriat se définir comme des self made man à l’américaine. Nous pouvons répondre à l’américaine par un « Bullshit », en français affabulation J

Un entrepreneur qui arrête, le fait à cause des charges, c’est totalement faux comme nous l’avons vu au début de cet article. Il également faux de penser que seul il est possible de réussir.

Une entreprise est un système complexe qui est très compliqué à gérer. Comme le commandant de bateau, il doit prendre les bonnes décisions, mais si aucun marin n’est à bord, comment dirigera-t-il un bateau transatlantique. Et même si les marins sont présents, comment prendra-t-il des décisions si personne ne lui donne d’informations ? Comment connaîtra-t-il les prévisions météorologiques ? Sa position ? la position des autres bateaux ? Etc.

Par contre, le chef d’entreprise qui va réussir comme un capitaine d’un bateau de course, sait s’entourer.

Légende d’ancien porteur de projet : « J’ai eu de la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment »

Cette phrase souvent prononcé par des personnes modestes, est absolument fausse. La chance n’est pas un facteur de réussite de l’entreprise. Un exemple :

« J’allais à une soirée pour entrepreneur et j’ai croisé untel et dans la discussion, il m’a dit qu’il cherchait tel produit/service et justement c’est mon travail…. »

Vous ajoutez devant cette phrase « il était une fois » et vous avez un bon début pour votre storytelling. Dans la vraie vie :

En un mois, le chef d’entreprise participe à 8 rencontres d’entrepreneurs. Sur ces 8 rencontres il ne se passe rien sur 7 réunions. Lors de la huitième, il  rencontre le client qui deviendra son partenaire tellement ils vont réaliser d’affaires ensemble.

Cinq ans plus tard il n’aura retenu que la huitième et ne racontera que celle-là. Ce qui est normal.

La chance n’est pas un facteur de réussite. Par contre la multiplication des tentatives oui c’est même le facteur clé. En d’autres termes, trompez-vous, trompez-vous et trompez-vous ! C’est cela le quotidien d’un chef d’entreprise. Il essaie, ensuite il essaie autrement et enfin il essaie et cela fini par fonctionner.

En conclusion, évitez d’écouter les mythes et les légendes dans un projet de création d’entreprise

Pour cela évitez la mode, dans l’entrepreneuriat comme ailleurs elle existe. Certaines idées fausses persistent comme le statut idéal, ou comme l’entreprise du XXIème siècle ne répond plus aux mêmes règles de bon sens qu’auparavant.

Le dirigeant d’entreprise est une personne normale… qui est déterminée à arriver à sa destination. Par contre, elle sait que l’obstination n’a pas sa place. Si cela ne fonctionne pas, elle est capable de revoir un certain nombre de facteurs pour évoluer et en définitive arriver là où elle souhaite arriver.

En tant que futur entrepreneur, établissez-vous des règles pour la bonne gestion de votre entreprise. Faites-vous aider et soyez conscient que la première fois, nous faisons tous des erreurs. Cela fait partie du job.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]