Comment faire un devis ? Bien l’établir

Il n’est pas toujours facile de bien établir un devis lorsque l’on est pour la première fois confronté à ce besoin exprimé par le client. Le devis est en effet un passage obligé pour les professionnels qui travaillent avec les particuliers ou les professionnels. Il est nécessaire quel que soit le statut que vous avez (Entrepreneur individuel, micro-entrepreneur, société, etc.) lorsqu’il est demandé. Retour sur les principes qui permettent de bien l’établir.

Conseils préalables pour la gestion prospect

L’importance du devis et l’attente qui en découle, suite à la sollicitation du client après un entretien de vente, fait que vous avez intérêt à soigner la rédaction et la présentation. L’objectif caché est ici d’avoir également un feedback de votre prospect afin qu’il se renseigne pour en savoir plus.

Avec la remise d’un devis, il faut rassurer le client sur la qualité et la compétence de votre entreprise et de ses collaborateurs, sur la qualité de votre professionnalisme en général.

La réactivité est une valeur appréciée. Cela montre que vous prenez avec sérieux la demande des clients. Le courrier électronique est une excellente voie et l’appel téléphonique de relance qui suit également.

Pour le reste, à partir de 150 euros, établissez un devis. Une obligation qui vous incombe si vous êtes un prestataire dans le bâtiment notamment.

Mentions obligatoires sur le devis

Pour être tout à fait exhaustif sur notre sujet, voici ce que la réglementation impose dans la rédaction des devis :

Il est nécessaire d’avoir un nom et une adresse. Notez que vous devrez mettre ce nom du prospect et au moins son code postal et sa ville ainsi que les lieux des travaux. Les mentions relatives autres sont les suivantes :

  • Votre numéro SIREN /SIRET ainsi que le RM ou le RCS doit apparaître,
  • Votre numéro de TVA Intracommunautaire,
  • Le code NAF (APE),
  • La date de rédaction du devis,
  • Les détails et prix hors taxes et TTC des travaux, en précisant si vous êtes micro-entrepreneur : »TVA non applicable selon l’article 293 B du Code Général des Impôts »,
  • La mention « Exonération de TVA selon l’article 262 ter I du Code Général des Impôts » pour les livraisons intracommunautaires,
  • Le taux horaire de main d’œuvre si i l y a lieu,
  • La date de début et la durée totale de la prestation pour les prestataires de service,
  • Le montant éventuel des frais de déplacements,
  • Un montant total,
  • La durée de validité du devis (il est vivement conseillé sur certains sujets de réduire celle-ci en raison des fluctuations de coûts de matière par exemple),
  • Les conditions de réservations (Comme le pourcentage d’acompte ou les arrhes, le solde)*,
  • Les conditions de paiement (au comptant, à réception de facture, à réception de travaux, etc.),
  • Si le devis est gratuit ou payant et potentiellement la présence ou non (en fonction du métier) de l’assurance en responsabilité (la décennale ou la biennale pour le bâtiment notamment) que vous avez contracté,
  • Les conditions générales de ventes que vous aurez intérêt à montrer en demandant un « bon pour accord et conditions générales de vente »,
  • La signature et le cachet de l’entreprise,
  • Si vous êtes prestataire de la formation professionnelle, vous devrez également préciser ce type de mention : «déclaration d’activité enregistrée sous le numéro XXXXXXXXX auprès du préfet de région XXXXXXXX».

*L’acompte est un engagement bipartite bien plus intéressant en général que les arrhes pour les prestataires de service et commerçants.

Laissez un commentaire