Flux de trésorerie : Définition, Variations, tableau

Vous disposez d’une entreprise, vous savez que les éléments liés à la trésorerie sont particulièrement importants. Elle est d’ailleurs sujette à de nombreuses interprétations au moyen d’indicateurs clés de la performance (KPI). Dans ce sujet, nous allons évoquer les flux de trésorerie, mais aussi les variations constatées que l’on peut estimer et prévoir via un tableau des flux entrants et sortants.

Qu’est-ce que le flux de trésorerie pour une entreprise ?

Un flux de trésorerie désigne un mouvement de liquidités entrant ou sortant sur le compte d’une entreprise, durant une période donnée d’activité qui peut être le jour, la semaine, le mois ou l’année par exemple. Les périodes de références utilisées par les banquiers et surtout les comptables sont souvent l’année d’exercice mais en tant que gestionnaire, l’entrepreneur ou le dirigeant doit observer ces mouvements à la loupe beaucoup plus fréquemment car de ces flux dépend la santé financière globale. Nous vous invitons à ce titre à lire ou relire notre article sur le BFR (Besoin en fonds de Roulement).

Contrairement au bénéfice, qui est un éléments moins concret, fictif si l’on pense à des charges non décaissées comme les dotations aux amortissements provisions qui permettent son calcul, les flux de trésorerie apparaissent bien à la fois dans la caisse et sur le compte bancaire.

Mais pour aller beaucoup plus loin ici, étudions les flux de trésorerie via un tableau qui permet d’en dégager les variations structurelles et saisonnières.

Étudier les variations de trésorerie pour prendre des décisions

Pour pouvoir étudier les variations de trésorerie, évaluer le cash flow disponible, préparer le dépôt de fonds sur des comptes à termes, réfléchir aux efforts à consentir y compris en termes de profitabilité (il existe bel et bien des liens certes ténus entre le compte de résultat et la trésorerie), le chef d’entreprise, l’entrepreneur ou le contrôleur de gestion a besoin de mettre en place un tableau des flux.

La variation qui s’en dégage s’étudie entre deux périodes par exemple. C’est ainsi que l’on peut de manière indépendante vérifier qu’une entreprise génère suffisamment de liquidités lui permettant d’honorer ses engagements, d’investir également. Voici les quatre étapes pour exploiter au mieux ces variations :

  1. Déterminez les flux comptables (Cela peut se faire à partir du bilan en traçant les variations des postes du bilan entre les deux dernières périodes comptables par exemple),
  2. Supprimez ce qui constitue les flux non monétaires comme certaines écritures comptables (Plus haut, nous évoquions les dotations aux amortissements et provisions),
  3. Intégrez ce qui ne se voit pas forcément comme l’augmentation des immobilisations corporelles et les cessions,
  4. Faites une gestion de cette variation des flux en les précisant par groupe : Précisez vos entrées et sorties de trésorerie par nature OU :
  5. A partir du résultat net, ajustez le en fonction des transactions effectuées ou des décalages de paiements (ventes et achats). Nous vous proposons

Tableau des flux de trésorerie pour voir les variations

C’est assez simple de faire un tableau récapitulatif des entrées et sorties (par exemple pour un prévisionnel), mais les comptables opèrent autrement sir la base des comptes annuels. Si l’on part du résultat net, votre tableau pourrait ressembler à ceci :

Tbleau des flux de trésorerieAnnée NAnnée N-1
Résultat net
Elimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie :
amortissements et provisions nets des reprises
variation des impôts différés
Plus ou moins-values de cessions nettes d'impôts
charges et produits exceptionnels
Marge brute d'autofinancement
Varition du besoin en fonds de roulement de l'activité :
Variation des stocks,
variation des créances d'exploitation,
Variation des dettes d'exploitation,
autres
Flux nets de trésorerie provenant de l'activité (1)
Acqusition d'immobilisations
Cessions d'immobilisations nettes de l'impôt
Incidence des variations de périmètre
Flux nets de trésoreries liés aux opérations d'investissement (2)
Cash Flow libre = 1 + 2 + 3
Dividendes versés aux actionnaires
Variation des autres fonds propres
Nouveaux emprunts
Remboursements d'emprunts
Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement (4)
Variation de trésorerie = 3 + 4
Trésorerie d'ouverture
Trésorerie de clôture

Ce type de tableau permet de vérifier ainsi annuellement (Si vous complétez tous les postes, il est possible d’avoir une lecture par mois, nous y reviendrons plus tard, notamment pour les TPE), si la trésorerie s’est améliorée ou dégradée, si les flux dégagés par la vente des services ou produits permet de couvrir les besoins du cycle d’exploitation, si vous gérez mieux les stocks (notamment en flux tendus de stocks).

C’est en quelque sorte une photographie globale à l’instant T permettant de prendre des décisions.

[Total : 2    Moyenne : 5/5]