Quel est le rôle du contrôleur de gestion ?

Dans les grandes entreprises, ou pour le compte de plus petites d’ailleurs, il est un métier se situant à mi-chemin des domaines comptables et de l’organisationnel : Il s’agit du contrôleur de gestion. En soi, et dans une première approche, c’est un métier difficile à appréhender car il est parfois délicat de définir précisément son rôle dans les sociétés. Pourtant, les dirigeants d’entreprises attendent beaucoup des personnes en charge du contrôle de gestion, notamment parce qu’il touche aux questions de rentabilité, de responsabilité, de motivation, de pilotage ou encore de performance globale. Il a une mission indéniable dans la préparation des audits de gestion par exemple. Zoom sur son rôle complet dans l’entreprise.

Que fait un contrôleur de gestion ?

Pour parler de cette fonction dans l’entreprise, il faut évoquer dans un premier temps le contrôle de gestion en lui-même. Ce dernier est un processus au service des dirigeants de l’entreprise, dont la responsabilité incombe à l’ensemble de la ligne managériale qui doit s’approprier ses outils et bien entendu les utiliser. Cela permet ainsi de :

  • s’assurer de l’atteinte de la performance et de la bonne utilisation des ressources ;
  • s’assurer de la déclinaison de la stratégie et évaluer sa pertinence ;
  • accompagner le pilotage et le développement de l’organisation.

En mettant en place les outils qui permettent d’éclairer et de faciliter la prise de décision, le contrôle de gestion est au service de la performance globale de l’entreprise. En effet, les outils proposés procurent beaucoup d’informations qui doivent circuler dans :

  • le sens vertical top-down : L’environnement économique et les orientations stratégiques ;
  • le sens bottom-up : Les résultats financiers et non financiers ;
  • Le sens horizontal : Les données transversales.

Quel apport et intérêt des contrôleurs de gestion ?

Une mise en œuvre du projet d’entreprise, nous l’avons déjà évoqué à maintes reprises, suppose l’adhésion de toutes et tous au projet. La motivation, la satisfaction au travail et l’implication des salariés s’appuient sur des critères pertinents de résultats. L’évaluation des performances impose de définir ici encore des objectifs individuels et collectifs (voir notre sujet sur les KPIs), de procéder à une appréciation la plus objective possible des résultats des responsables et collaborateurs. De ce fait, les résultats doivent pouvoir être comparés à des prévisions avec l’aide du contrôleur de gestion. Et ce, à chaque échelon de responsabilité.

Pour mettre en œuvre ce projet, un contrôleur de gestion de métier conçoit, formalise et traite le flux d’informations qui circulent au sein de l’organisation.

Il a un rôle d’observatoire sur l’ensemble des chiffres internes et externes de l’entreprise et fait « parler les chiffres « :

  1. Il s’ouvre ainsi à l’ensemble des domaines afin de délivrer des analyses qui ont du sens, propose des alternatives et des solutions ;
  2. Il connaît la stratégie de l’entreprise et celle des principaux concurrents pour aider à la réflexion sur ce qui semble possible ou impossible ;
  3. Il fait des analyses prospectives, des benchmarks par rapport aux concurrents pour trouver où améliorer les performances ;
  4. Il accompagne des actions de performance sur le terrain auprès des collaborateurs opérationnels ;
  5. Il alerte sur les incohérences ou insuffisances des informations disponibles pour les entreprises.

Comment devenir contrôler de gestion ?

Pour être contrôleur de gestion, il est nécessaire a minima de disposer d’un diplôme de type Bac +2. Les formations les plus usuelles sont  le BTS Comptabilité et Gestion et le DUT Gestion des Entreprises et des Administrations (dit GEA). Opter pour le DUT GEA, option GCF (Gestion Comptable et Financière), apparaît comme une très belle solution de carrière et se passe en deux ans. Il permet de commencer le plus souvent dans de petites structures. Pour les grandes entreprises, il est conseillé de pousser ses études jusqu’à bac+5 en obtenant par exemple le DSCG (Diplôme supérieur de comptabilité gestion).

Il existe aussi sur le territoire français un Master Comptabilité Contôle Audit (CCA) avec une option finance et contrôle de gestion. Certaines IAE le proposent. Enfin, certains IEP (Institut d’Études Politiques) proposent des spécialités économie et finance. A étudier donc si vous voulez vous lancer dans ce métier qui accompagne les décisionnaires.

Laissez un commentaire